Prions avec des témoins de l'espérance

le 01/09/2021


Les saints sont les premiers à témoigner par leur vie que la prière est un combat. Le combat de l’espérance. Ils peuvent nous encourager, par leur intercession, quand nous n’arrivons pas à prier ou que notre prière est vide. La prière des saints est un moteur d’espérance. 


Prière de l’artisan


Apprends-moi, Seigneur, à bien user du temps
que tu me donnes pour travailler,
à bien l’employer sans rien en perdre.
Apprends-moi à tirer profit des erreurs passées
sans tomber dans le scrupule qui ronge.
Apprends-moi à prévoir le plan sans me tourmenter,
à imaginer l’œuvre sans me désoler si elle jaillit autrement.
Apprends-moi à unir la hâte et la lenteur,
la sérénité et la ferveur, le zèle et la paix.
Aide-moi au départ de l’ouvrage, là où je suis le plus faible.
Aide-moi au cœur du labeur à tenir serré le fil de l’attention.
Et surtout comble Toi-même les vides de mon œuvre, Seigneur !
Dans tout le labeur de mes mains,
laisse une grâce de Toi pour parler aux autres
et un défaut de moi pour me parler à moi-même.
Garde en moi l’espérance de la perfection, sans quoi je perdrais cœur. 
Garde-moi dans l’impuissance de la perfection,
sans quoi je me perdrais d’orgueil.
Purifie mon regard :
quand je fais mal, il n’est pas sûr que ce soit mal,
et quand je fais bien, il n’est pas sûr que ce soit bien.
Seigneur, ne me laisse jamais oublier
que tout savoir est vain sauf là où il y a du travail,
et que tout travail est vide sauf là où il y a amour,
et que tout amour est creux qui ne me lie
à moi-même et aux autres et à Toi, Seigneur !
Enseigne-moi à prier avec mes mains, mes bras et toutes mes forces.
Rappelle-moi que l’ouvrage de mes mains t’appartient
et qu’il m’appartient de te le rendre en le donnant ;
que si je le fais par goût du profit,
comme un fruit oublié je pourrirai à l’automne ;
que si je le fais pour plaire aux autres comme la fleur de l’herbe je fanerai au soir ; mais si je le fais pour l’amour du bien, je demeurerai dans le bien ;
et le temps de faire bien et à ta gloire, c’est tout de suite.
Amen !
in Gilberte Garrigou Naissance et splendeurs du manuscrit monastique du VIIe au XIIe siècle 


Je serais tombé cent fois, j’espèrerais encore en vous
 

de saint Claude de la Colombière, Jésuite, apôtre du Sacré-Cœur de Jésus (1641-1682). 

 
Seigneur, me voici pour exercer votre admirable miséricorde et pour la faire éclater en présence du ciel et de la terre. Les autres vous glorifient en faisant voir quelle est la force de votre grâce par leur fidélité et leur constance : combien vous êtes doux et libéral envers Ceux qui vous sont fidèles. Pour moi je vous glorifierai en faisant connaître combien vous êtes bon envers les pécheurs et que votre miséricorde est au-dessus de toute malice, que rien n’est capable de l’épuiser, que nulle chute, quelque honteuse et criminelle qu’elle soit, ne doit porter un pécheur au désespoir du pardon. Je vous ai grièvement offensé, ô mon aimable Rédempteur ; mais ce serait bien encore pis, si je vous faisais cet horrible outrage de penser que vous n’êtes pas assez bon pour me pardonner. C’est en vain que votre ennemi et le mien me tend tous les jours de nouveaux pièges. Il me fera tout perdre plutôt que l’espérance que j’ai en votre miséricorde. Quand je serais retombé cent fois et que mes crimes seraient cent fois plus horribles qu’ils ne sont, j’espérerais encore en vous. Amen.


Mon espérance est en toi, Seigneur

de saint Claude de la Colombière, Jésuite, apôtre du Sacré-Cœur de Jésus (1641-1682). 

Mon Dieu, je suis tellement persuadé que tu veilles sur ceux qui espèrent en toi et qu’on ne manque de rien quand on attend de toi toutes choses, que j’ai décidé de vivre à l’avenir sans aucun souci et de me décharger sur toi de toutes mes inquiétudes.
Les gens peuvent m’enlever mes biens et ma réputation ; les maladies peuvent m’ôter mes forces et les moyens de te servir ; je puis même perdre la grâce par le péché, mais jamais je ne perdrai mon espérance ; je la conserverai jusqu’au dernier moment de ma vie.
Les autres peuvent s’appuyer sur l’innocence de leur vie ou la rigueur de leurs pénitences, pour moi, Seigneur, tu es toute ma confiance, tu es ma confiance même. 
Je sais que je suis fragile et changeant ; je sais ce que peuvent les tentations contre les meilleures résolutions. Mais cela ne peut me faire peur tant que j’espérerai ; je me tiens à l’abri de tous les malheurs, car mon espérance, elle est en toi, Seigneur.
J’espère que vous m’aimerez toujours
Tant que j’espérerai, je me tiens à couvert de tous les malheurs et je suis assuré d’espérer toujours parce que j’espère encore cette invariable espérance. […] J’espère que vous m’aimerez toujours et que je vous aimerai aussi sans relâche ; et pour porter tout d’un coup mon espérance aussi loin qu’elle peut aller, je vous espère vous-même de vous-même, ô mon Créateur, et pour le temps et pour l’éternité. Amen.


Flamme d’espérance

du frère Roger Shutz, fondateur de la communauté œcuménique  de Taizé (1915-2005).

 

Dieu de tous les humains,
nous nous confions à Toi, dans un esprit de reconnaissance.
Tu nous tires loin de nos hésitations.
Tu nous donnes de transmettre à d’autres
une flamme d’espérance à travers nos vies.


À-venir de lumière

du bienheureux frère Christophe Lebreton, Moine cistercien de Tibhirine, mort en martyr (1950-1996). Extrait de Le souffle du don, Bayard, 1995.

Naître (l’espérance qui m’arrive)
Avec toi tout commence enfin
Hier est dégagé, aujourd’hui est libre
Dans l’ouverture se dessine un à-venir de lumière
Ta ressemblance m’attire
Dedans ta pâque je me suis glissé
Et me laisse prendre entièrement à ta vie
Ta résurrection m’envahit
Par toi s’actualise le don
Et tout s’éternise en joie. 


Marie, Mère de l’espérance

de saint Jean Paul II

 

Marie, Mère de l’espérance, marche avec nous ! Apprends-nous à proclamer le Dieu vivant; aide-nous à témoigner de Jésus l’unique Sauveur : rends-nous serviables envers notre prochain, accueillants envers ceux qui sont dans le besoin, artisans de justice, bâtisseurs passionnés d’un monde plus juste, intercède pour nous qui œuvrons dans l’histoire, avec la certitude que le dessein du Père s’accomplira.

Aurore d’un monde nouveau, montre-toi la Mère de l’espérance et veille sur nous ! Veille sur l’Église en Europe : qu’elle soit transparente à l’Évangile, qu’elle soit un authentique lieu de communion, qu’elle vive sa mission d’annoncer, de célébrer et de servir l’Évangile de l’espérance pour la paix et la joie de tous.
Reine de la paix, protège l’humanité du troisième millénaire ! Veille sur tous les chrétiens : qu’ils avancent dans la confiance sur le chemin de l’unité, comme un ferment de pour la concorde sur le continent. Veille sur les jeunes, espérance de l’avenir, qu’ils répondent généreusement à l’appel de Jésus; veille sur les responsables des nations : qu’ils s’emploient à édifier une maison commune, dans laquelle soient respectés la dignité et les droits de chacun.
Marie, donne-nous Jésus ! Fais que nous le suivions et que nous l’aimions ! C’est Lui, le responsable de l’Église, de l’Europe et de l’humanité. C’est Lui qui vit avec nous, au milieu de nous, dans son Église. Avec toi, nous disons « Viens, Seigneur Jésus ! » (Ap 22, 20) Que l’espérance de la gloire déposée par Lui en nos cœurs porte des fruits de justice et de paix !
 


Prière d’espérance

par un anonyme


Seigneur, je crois que l’homme d’aujourd’hui peut encore vivre dans l’espérance. Simplement le fait que des gens toujours recommencent, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Église, c’est là une source d’espoir. 
D’où cela vient-il, Seigneur que tant d’hommes, tant de jeunes surtout vivent dans la discorde ? C’est sans doute qu’ils voient autrement ! Seigneur, je ne vois pas encore ce renouveau, mais je sais qu’il viendra ; plus de justice, plus d’humanité, plus d’amour. Et je vois des gens qui se rencontrent et qui en font leur travail. Cela c’est plein d’espérance. 
Espérer, c’est ne pas abandonner devant les faits.