Message de Monseigneur Turini le 17 juin 2020

Message de Monseigneur Turini le 17 juin 2020

le 03/06/2020

Tous les soirs à 20.h. pendant le confinement que ce soit à nos fenêtres ou à nos balcons nous avons applaudi les soignants. Ce soir j’ai envie de vous applaudir, car durant près de trois mois, alors que nos diocèses, nos services, nos mouvements, nos congrégations religieuses étaient confinées, vous, les communicants, vous n’avez ménagé, ni votre temps, ni votre peine.

Vous êtes restés sur le pont du « navire Eglise » pour continuer à maintenir grâce à tous les moyens que nous offre les outils numériques, la communion avec les fidèles, les membres de vos communautés respectives et ceux des divers mouvements d’Eglise que vous représentez.

Quel travail, quelle énergie déployée mais aussi quelle période riche en créativité, initiatives, propositions. Jamais les réseaux sociaux n’auront été autant « sanctifiés » par des communicants d’Église. Vous avez permis à toutes les composantes de la vie des diocèses de France de rester en lien et ainsi un nombre incalculable de fidèles sont restés connectés à leur paroisse, à leur diocèse, à leur mouvement et communauté.

Ce qui m’a particulièrement touché dans mon diocèse, c’est que nous avons explosé notre compte d’abonnés sur You Tube, simplement en retransmettant la messe dominicale et le commentaire de l’Evangile de chaque jour. Comme nous ne pouvions partir en pèlerinage à Lourdes, la Pastorale des Jeunes et la Direction diocésaine des pèlerinages ont proposé un pèlerinage connecté.

Mais chacun de vous pourrait témoigner d’initiatives similaires ou autres qui ont enrichi la vie de notre Église.

L’avantage des réseaux sociaux nous permet de recueillir des commentaires et beaucoup ont exprimé de la reconnaissance et des remerciements parce que les chrétiens ne se sont pas sentis abandonnés. La vie de l’Église ne s’est pas arrêtée, mais elle s’est poursuivie autrement.

Cette communication de confinement, s’est doublée d’une dimension missionnaire, car elle a atteint les « périphéries ». Un nombre non négligeable de personnes qui ne participent pas habituellement à la vie ecclésiale, mais qui sont des habitués des réseaux sociaux, ont redécouvert pour certain et découvert pour d’autres, des liturgies dominicales, des enseignements, des vidéos, des temps spirituels qui les ont touchés. Il nous faudra réfléchir pour ne pas couper complètement le lien avec eux et encourager un autre aspect de ce confinement : celui des temps spirituels vécus en famille dans le cadre « d’églises domestiques »

Beaucoup ont redécouvert l’oraison, la lecture savoureuse de la Parole, la prière en famille

Pour votre énorme engagement, au nom de mes frères évêques, je veux vous dire un MERCI sans limite. Communication et évangélisation se sont merveilleusement conjuguées en cette période difficile du confinement grâce à vous.

Vos évêques veulent tirer des enseignements de cette période. Nous l’avons fait déjà au cours de notre Assemblée Plénière en visio-conférence des 8,9,10 juin dernier. Alors que nous sommes entrés dans le déconfinement, il sera utile de faire l’inventaire de ce qui est à retenir de cette période d’intense créativité pour, comme l’on dit en terre de rugby, transformer l’essai. Les évêques de France dans leur majorité ont reconnu que les outils numériques ont permis de garder le contact et prouvé qu’ils pouvaient constituer une ressource pastorale féconde.

Que ce soit dans les diocèses, les mouvements, les congrégations religieuses, il faut tirer parti de cette capacité d’adaptation de nos services de communication qui ont su être performants au-delà même de ce que l’on pouvait imaginer.  Sur le site de mon diocèse nous avons eu des témoignages émouvants de personnes qui nous disaient : « Merci d’avoir fait rentrer Jésus et l’Église dans nos maisons ». Nos services communication ont cette capacité de favoriser une telle rencontre qui peut marquer une étape de conversion dans le cœur de tel ou tel. Et là nous au cœur de notre mission, celle à laquelle le Seigneur nous appelle, celle pour laquelle le Seigneur nous envoie.

Je vous le dis sans flagornerie, vous avez su accompagner l’Eglise dans cette période qu’elle a traversée avec toute la société.

Nous le savons tous à la suite de la crise sanitaire, succède déjà une crise sociale et économique sans précédent qui ne va épargner personne. Etre communicant dans ce contexte c’est demeurer sur le front des réalités et des évènements qui vont nous toucher et amener l’Eglise à se rendre présente et proche des souffrances et des épreuves que vivront une multitude de gens. Elle aura une parole à dire, des actions à mener, des gestes à poser et cela ne se fera pas sans votre contribution.

Voilà, je voulais très simplement repartir de ce que nous avons vécu les uns et les autres, des perspectives qui s’offrent à nous et surtout vous remercier pour cette fidélité sans faille dont vous avez témoigné en ces temps si particuliers que nous traversons.

Bénir c’est faire du bien, faire le bien. Vous nous avez fait beaucoup de bien par votre travail et votre mission qui en ce sens, oui, sont une bénédiction pour l’Église.

Le Seigneur concourt au bonheur de celles et ceux qui font le bien, en leur offrant sa bénédiction, en les comblant de sa bonté et de son amour pour qu’ils ne cessent jamais de faire le bien et de le répandre et qu’ils en soient heureux.

Alors j’appelle sur vous cette bénédiction du Seigneur : qu’elle descende sur vous et y demeure à jamais au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit.

Merci de votre attention.

Mgr Norbert Turini, évêque de Perpignan
Président du Conseil pour la Communication



Message UCE 17 juin 2020.pdf Message UCE 17 juin 2020